RP marché de la démat
img_revue_de_presse_apateam_2

Billet d’humeur d’Eric Plat : le Président de la FCA parle de la fausse bonne idée d’une réduction des délais de paiement

Comme chaque mois, le Président de la Fédération du Commerce Coopératif et Associé s’exprime dans un billet d’humeur. En novembre, il revient sur la possible évolution des délais de paiement pour les entreprises.

Le mois dernier, je m’interrogeais sur les effets des nouvelles règlementations sur l’emploi qui vont impacter le commerce au cours des mois prochains. Toujours dans cette même ligne, je me questionne sur le souhait du législateur de réduire les délais légaux de paiement.

La Fédération du Commerce Coopératif et Associé propose la stabilité législative et l’accompagnement des entreprises dans le respect des plafonds actuels.

Beaucoup de TPE/PME financent leur besoin en fonds de roulement (BFR) via les délais de paiement, parce qu’elles n’ont pas d’alternatives en termes de trésorerie. Une réduction des délais légaux les mettrait en danger. Les acteurs bancaires demeurent frileux pour financer ce fameux BFR. Il convient de trouver de nouvelles solutions alternatives même si elles constituent des exceptions au monopole bancaire.

Le dispositif du crédit inter-entreprises a été récemment enrichi. Il n’est pas assez connu.

La dématérialisation des factures est en cours mais il faut accompagner les TPE et PME, dans cette étape car elles n’ont pas forcément les moyens de le faire seule.
Le rôle d’alerte du commissaire aux comptes (CAC) sur les délais de paiement est entré en vigueur en 2017. Les CAC doivent mettre en place la pédagogie nécessaire à l’égard des entreprises.

Depuis le renforcement de ses pouvoirs, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) intensifie chaque année ses contrôles sur ce sujet. Les plafonds des sanctions ont été augmentés de manière dissuasive et elle a récemment innové avec la sanction du « name and shame ».
En conclusion, si la réduction des délais de paiement semble indispensable au bon fonctionnement des entreprises françaises, au petit niveau du tissu économique local, il faut l’accompagner d’aides et d’informations, sans quoi le remède sera pire que le mal…

Ne faut-il pas que l’État et les collectivités locales d’abord, comme les assureurs et les mutuelles ensuite, donnent en priorité l’exemple en réduisant eux aussi leurs délais de paiement ?

 

source: https://www.commerce-associe.fr/tribune_eric_plat_novembre_2017/