RP QWEEBY
img_revue_de_presse_apateam_2

25
Mai

Cloud, mobilité, data et dématérialisation : les nouvelles clefs du travail

Grâce au cloud et aux applications mobiles, les petites et moyennes entreprises basculent dans l’instantanéité des échanges de données. La dématérialisation des factures accélère le mouvement.

Selon une étude d’IDC pour le compte de Sage, l’éditeur britannique de logiciels de comptabilité et de progiciels de gestion intégrés (ERP en anglais), le basculement des TPE et PME vers le cloud, la mobilité et la dématérialisation est tout proche. Pour preuve, outre l’ordinateur (89 %), une TPE (moins de 20 salariés) sur deux dispose d’un smartphone. Et une sur quatre, d’une tablette tactile. Côté applications hébergées dans le nuage, 26 % des sociétés de moins de 200 personnes externalisent sur Internet leur outil de gestion de la relation client. En revanche, la comptabilité et l’ERP tournent encore à 92 % sur les ordinateurs des TPE. Tandis que 12 % des PME les ont fait passer au cloud. Idem pour la paie (12 % pour les TPE et 13 % pour les PME), qui poursuit son ascension dans le nuage. « Dès que la barre des 15 % sera atteinte pour la comptabilité et les ERP, le basculement des TPE et PME vers le cloud deviendra massif », explique Caroline Peyrat, responsable éditorial de l’Institut Sage.

Outre le cloud et la mobilité, le numérique va trouver dans la dématérialisation des documents (contrats, bons de commande, factures, bons de livraison, cahier des charges…) et des télédéclarations administratives le carburant de son prochain coup d’accélérateur. « Tout particulièrement avec les réglementations relatives à la TVA, qui assouplissent la dématérialisation des factures et la signature électronique, précise Patrick Schuller, directeur commercial et marketing chez Cegedim e-business, qui se réfère à la directive européenne 2010/45/EU du 13 juillet 2010, traduite en droit français par le décret no 2013-346 du 24 avril 2013. Vient ensuite l’ordonnance de juin 2014, qui oblige les fournisseurs de l’Etat et des collectivités territoriales à émettre des factures dématérialisées à partir de janvier 2017 pour les grandes entreprises, de 2018 pour les ETI, de 2019 pour les PME et de 2020 pour les TPE. » Cette ordonnance précise également que la dématérialisation se fera au travers du portail gouvernemental Chorus, qui existe depuis 2013 pour les fournisseurs des ministères – mais sans obligation. Et, selon la loi Macron, il n’est pas exclu que les sociétés privées ne soient obligées, pendant la même période, d’accepter les factures électroniques.


En attente de simplification

Mais rien n’est simple. Côté légal, il y a trois manières légales de dématérialiser. Soit la facture PDF est associée à d’autres preuves de la transaction (bon de commande, bon de livraison, cahier des charges…). En ce cas, pas besoin de signature électronique pour la rendre probante. Soit elle est accompagnée d’une signature électronique délivrée par un tiers de confiance (CertEurope, ChamberSign, Dhimyotis, CertiGreffe, Certinomis…) et il n’y a pas besoin de documents connexes. Soit, enfin, on recourt aux EDI (échanges de données informatisés), qui, depuis longtemps, sont ultranormalisés. « En revanche, il y a presque autant d’EDI que de donneurs d’ordre. Ce qui, pour les fournisseurs, en complexifie l’usage », reprend Eric Wanscoor, président de Qweeby, qui utilise une plate-forme de dématérialisation des factures, à l’instar de Cegedim, Jouve, LocArchives, Provéa, Seres ou Yooz… Ces derniers traduisent tous les formats d’EDI ou autres documents électroniques. Ils proposent un archivage électronique légal avec horodatage, valident les informations de la facture et les extraient pour alimenter l’ERP ou le logiciel de comptabilité du récepteur. Selon l’étude Sage-IDC, 21 % des PME françaises sont ainsi passées à la facture électronique et 14 % souhaitent s’y mettre d’ici de un à deux ans.


Erick Hess, Les Echos
L’intelligence artificielle fait encore bouger les lignes

Enfant de la « gamification » et de la consumérisation des applications professionnelles, le sigle Atawad, pour « anytime, anywhere, any device », devient le nouvel axe du numérique. Puisqu’il s’agit d’accéder au système d’information de l’entreprise « n’importe quand, n’importe où, avec n’importe quel équipement ». Maintenant, il faut rajouter « anything » (« pour tout faire »). « Pendant qu’il lui parle, le commercial vérifie sur son smartphone ou sa tablette si son client a bien réglé la dernière facture, explique André Brunetière, directeur R&D et stratégie chez Sage. Le cloud et la mobilité ont rendu l’information ubiquitaire. Mais nous assistons à un déplacement culturel vers l’instantané. La corrélation entre l’activité économique en temps réel de l’entreprise et sa traduction comptable devient immédiate. »Bientôt, il suffira de photographier une facture de n’importe où avec son smartphone et de l’envoyer à l’expert-comptable pour qu’elle soit saisie dix minutes plus tard dans le logiciel de comptabilité et la voir dans le cloud sur mobile.
A présent, c’est au tour de l’intelligence artificielle de doper les possibilités du cloud. Pionnier en la matière, le service IBM Watson Analytics permet, depuis décembre dernier, d’analyser ses données, afin d’identifier les opportunités commerciales clefs ainsi que les principaux défis opérationnels. Interrogé en langage naturel, le système possède de puissants algorithmes prédictifs capables de répondre à des questions du genre : « Quels sont les facteurs déterminants pour mes ventes ? Quels sont mes contrats les plus près d’être finalisés ? » Encore faut-il bien préparer ses données et accepter de les confier au système !

source: Qweeby

Le réseau d'intégrateur National APARTEAM vous accompagne dans la mise en oeuvre et le suivi de votre projet QWEEBY.

Prendre un rendez vous avec notre équipe